Blog

Blog

LE TAVILLONNAGE

Les tuiles en bois ont différentes appellations selon les régions. On parle de bardeaux, de tavaillons ou tavillons, d’ancelle ou d’essente. Quel que soit le nom qu’on leur donne, leur utilisation demeure la même : toiture et bardage.

Le tavillonnage est une technique de recouvrement et d’étanchéité des toits et des façades en bois. Les plus anciens tavillons retrouvés en Suisse datent du Bronze moyen. Longtemps délaissés ils reviennent à la mode de nos jours et ce pour plusieurs raisons : la recherche de l’authenticité, du traditionnel, la préservation du patrimoine, et bien sûr, pour son aspect durable et éco-responsable.

Vertus

Le tavillonneur travaille en général avec de l’épicéa ayant poussé à plus de 1000 m d’altitude, qu’il prélève entre le début de novembre et la mi-février, de préférence durant le dernier quart de décroissance de la lune. Les troncs sont débités en meules de 42 à 45 cm, qui sont découpées en quartiers. Les tavillons y sont fendus dans le sens des files du bois, et ont une épaisseur de 5 à 6 mm. Le tavillonneur cloue les tavillons à un lambrissage espacé de 0 à 10 cm pour permettre une bonne aération. C’est sur la façade que l’artisan peut laisser son art s’exprimer en réalisant des décors. Le tavillonnage allie tradition et innovation. 

Le tavaillon, ou bardeau a pour lui de nombreux avantages : l’esthétisme, la durabilité, un fort pouvoir isolant, un confort acoustique et hygrométrique. Des avantages qui peuvent varier en fonction des essences de bois utilisées. On retrouve principalement du mélèze, de l’épicéa, pour les zones montagneuses, le châtaigner et le chêne sont quant à eux plus répandus en plaine. On utilisait les essences de bois disponibles sur place.  

A l’instar de la merranderie et de la tonnellerie, pour un bon tavaillon il faut choisir le bon bois, le fendre avec doigté, puis ajuster chaque pièce à l’équerre : le savoir-faire des tavillonneurs est aussi précis que précieux, comme l’est celui des merrandiers et des tonneliers. 

Bardeaux de bois, est le terme le plus usité pour parler de tuile en bois. En fonction des régions, et des époques, on trouve différentes appellations : 

Tavillons (Jura Suisse, Valais), sapin

Tavaillons (Franche-Comté, Savoie), généralement issu d’épicéa à pousse lente

Ancelles (Jura, Alpes)

Essendoles (Chartreuse),

Essentes, ou Aissantes (Normandie),

Echandole, Alsace ou encore Chondre en patois Lorrain

À lire également